Les femmes de pouvoir sont souvent une source d’inspira­tion. Je souhaite mettre à l’honneur trois grandes souve­raines africaines fascinantes par leur sens mystique de la séduction. J’ai choisi d’analyser leur beauté légendaire, leurs rituels bien-être et leurs recettes de beauté.


LA REINE DE SABA : AMOUR ET BEAUTÉ
Elle fut une femme de pouvoir exotique et mystérieuse et est immortalisée dans les grandes oeuvres religieuses bibliques, coraniques et hébraïques comme ayant régné sur le royaume de Saba, qui s’étendrait du Yémen au nord de l’Éthiopie et en Érythrée au 1er millénaire de notre ère. Chaleureusement accueillie par le roi Salomon, elle donna naissance à un fils qu’elle nomma Baina-Lekhem (fils de la sagesse) puis plus tard appelé Ménélik 1er.
Comment fit-elle pour envoûter ce cher Salomon ? Plus de secret entre nous, je vous dis tout !
Pour conserver cette mythique beauté noire, la reine de Saba prenait des bains de boue riche en oligo-éléments et s’appliquait des masques d’argile afin de préserver la jeunesse de sa peau. Ce qui lui donnait également une peau douce à souhait. Comment résister à une peau de bébé ? Impossible…

NÉFERTITI : L’ÉCLAIREUSE DU DIY.
L’épouse principale du pharaon Akhénaton (14ème siècle av. J.C.) était la reine à la beauté la plus représentée dans les bas-reliefs découverts dans le temple de Karnak. La belle reine égyptienne s’enduisait le corps de beurre extrait de l’arbre de karité (aux extraordinaires vertus réparatrices) en sortant de son bain aux pétales de rose. Peau douce assurée, une nouvelle fois ! Partisante du Do It Yourself (DIY), la reine égyptienne aimait faire ses propres cosmétiques. Elle a souvent mélangé le lait d’ânesse au fumier de crocodile pour créer un masque, et faisait aussi son propre mélange d’eye-liner à l’aide de khôl à base de plomb et d’argile.

CLÉOPÂTRE : LA CHARMANTE SÉDUCTRICE.
Elle fut la dernière reine d’Égypte (69-30 avant J.-C.) ; célèbre pour ses relations avec Jules César et Marc Antoine avec lesquels elle a eu plusieurs enfants. Elle fascinait les hommes par son maquillage des yeux au khôl et son fard à paupières bleu/vert d’eau (obtenu en écrasant de la malachite, un minéral à base de cuivre) qui la protégeait des infections microbiennes causées par le vent et le sable et surtout agrandissait son regard. Elle entretenait le soyeux de sa peau en s‘épilant à la cire orientale (eau, miel, sucre et citron) et en se plongeant dans des bains au lait d’ânesse, tonifiant anti-âge, cicatrisant et réparateur grâce à ses sels minéraux, ses acides gras et ses vitamines essentielles. La légende dit que Cléopâtre eut son propre troupeau constitué de 700 ânesses.


By Monica Bibalou