FASHION WEEK 2.O

"La crise sanitaire mondiale bouleverse l’industrie de la mode..."

Habitués au traditionnel déferlement médiatique, pour la toute première fois soit soixante quinze ans depuis son existence, les défilés printemps-été 2021 de la fashion week se sont déroulés différemment. Format numérique, date de présentations repoussées, la crise sanitaire mondiale bouleverse l’industrie de la mode, l’occasion pour certaines maisons de couture d’innover et de revoir leur positionnement sur le marché de la mode

UN MONDE NOUVEAU POUR UNE ÈRE NOUVELLE.

7 à 10 millions consacrés en moyenne, par show pour la mise en scène de décors parfois pharaoniques, surréalistes, réinvestis cette année en communication visuelle. Un nouveau tournant pour beaucoup.Souvenez-vous, le regretté Karl Lagerfeld nous offrait l’été dernier, au grand Palais, un défilé Chanel printemps-été 2019, digne d’une prise de cinéma hollywoodien en reconstituant une plage réelle à vagues et ses chants de mouettes. Le résultat était juste spectaculaire, inédit et le coup médiatique lancé pour la marque.

Cette année, ambiance de défilés différente aux quatre coins du monde de New York, à Paris en passant par Milan et Londres. Décryptage d’ambiance sous l’éclairage d’une marque…

A Paris, la maison Dior se démarque et tire son épingle du jeu en faisant appel au réalisateur italien Matteo Garronne, 34 fois nominés et 5 fois récompensés. Autour d’un court- métrage de quatorze minutes, accessible via Youtube, en un clic, le mythe Dior se révèle au grand public, sous le regard transi des internautes confinés. Transportés en grande pompe par deux laquais dans une malle en forme de maison, la collection Dior, miniaturisée en 36 pièces de 40 cm, est ainsi présentée à chaque nymphe de la forêt. Un décor féerique, emprunt de poésie, un tableau subtil proposé aux mordus de la mode.

« Le processus de la création de cette collection a été complexe. Quand on l’a commencé il était clair que le vrai show ne pourrait pas avoir lieu.Il a fallu un projet extrêmement dense, très créatif. Maria Grazia Chiur, Directrice artistique de Dior.

A Milan, Valentino continue le show en diffusant en direct le 21 juillet 2020 un spectacle au studio Cinecittà orchestré par son styliste Pierpaolo Piccioli et Nick Knight avec un public très restreint trié sur le volet. A Londres, Burberry reporte son défilé, sous la directive de Riccardo Tiscau, au 17 septembre 2020. En plein air et retransmis en ligne, l’occasion pour le styliste de rappeler le rôle essentiel de mère nature. A New York, Michael Kors donne une tout autre direction à ses défilés en se retirant cette année de la Fashion week. Pour le styliste, il est absolument nécessaire que le calendrier de la mode évolue.

En direct, en ligne ou totalement détaché de la Fashion Week, nul doute que la présentation des collections est aujourd’hui en plein bouleversement. Comme l’ère du temps, ce qui représentait un des temps forts de la mode, se destructure et se restructure comme un patron de couture pour de nouvelles aventures… La fashion week 2.0, mutation à suivre…

Par Sabrina Fouinat

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut