Loading

Archive

mode

Edito Xena

Edito Xena

Edito Xena

D.A / Photographe : Cécile Dorleans
Hair designer / Make up artiste : Nadeen Mateky
Stylisme: liputa swagga
Modèles: Assina et la chanteuse Monica pereira
Série réalisée à DF Studio Paris

Cristina Cordula

Cristina Cordula

Conseillère en style – Animatrice télé – Actrice – Auteur

L’ambition et la chance font bon ménage

 

Vous avez été très tôt sous les feux des projecteurs en devenant mannequin à l’âge de 16 ans. Comment est arrivé cette incroyable circonstance ?

Rien n’est tombé du ciel, j’ai cherché ma chance, je suis allée voir de bons photographes pour avoir de belles photos. J’étais mineur et j’ai été suivie par ma mère pendant mes recherches. Ensuite, à la fin de mes études et quand j’étais déjà en train de travailler comme mannequin, une agence espagnole m’a repérée pour travailler en Europe et j’ai accepté car c’était ce que je voulais faire.

 Vos nombreux défilés, vos voyages et déplacements vous ont nourri. Comment vous est venu l’idée de développer en France le conseil en image ?

C’est un métier que j’appréciais déjà quand je n’étais pas encore conseillère en image et qui existait en Angleterre et aux États-Unis. Je me suis dit, pourquoi ne pas le faire en France aussi. Je savais, par contre, que ça serait difficile au début et que le marché français était réticent à l’époque à ce type de profession. Suite à la naissance de mon fils je me suis reconvertie en conseillère en image et, un an après, M6 m’a cherché pour un casting pour une émission de relooking. Je n’ai pas été choisie, mais j’ai été repêchée suite à un désistement. Le métier a été démocratisé grâce aux émissions.

Conseillère en image, directrice d’agence, designer, animatrice télé, auteur, pensionnaire de RTL, les fonctions ne manquent pas. Vous êtes sur tous les fronts.Comment gérer-vous toutes ces responsabilités ?

Je délègue. Il faut déléguer pour pouvoir réussir à tout gérer. J’ai une équipe fidèle en laquelle j’ai très confiance. Sans mon équipe je ne pourrais pas faire tout ce que je fais.

Vous ensoleillez M6 avec votre bonne humeur et votre accent brésilien. Retourner-vous régulièrement aux sources pour faire le plein d’énergie ?

Bien sûr ! Le Brésil c’est mes racines, mes repères. J’y retourne souvent pour me ressourcer.

À 54 ans, vous êtes sublime, quels conseils donneriez-vous aux femmes pour être tout aussi lumineuse que vous ?

Avoir une vie saine et équilibrée. J’aime faire la fête, mais pas tous les soirs ! En général je me couche tôt pour être en forme et reposée pour mes longues journées de travail. J’ai une alimentation saine et j’évite les excès. Je fais aussi du sport régulièrement.

Si vous aviez encore un rêve à réaliser, quel serait-il ?

J’ai plusieurs objectifs pour le futur que j’essaie de concrétiser petit à petit.

 

Par Monica Bibalou

La fashion week sous toutes les coutures

La fashion week sous toutes les coutures

Les Fashions Weeks se suivent et ne se ressemblent pas. Paris, Londres, New-York, Milan, été, automne, hiver… Quelle est l’origine de cet événement glamour qui rassemble un public aussi hétérogène que stylé ?

La mode
L’habitude pour les grandes maisons de couture de présenter leurs collections n’est pas récente. La mode vestimentaire fait partie de nos sociétés depuis l’antiquité. C’est à ce moment-là que le vêtement cesse d’être uniquement utilitaire et devient un mode d’expression en soi. Mais il faut attendre le 18ème siècle pour qu’apparaissent en Europe les premiers magazines de mode. Disposant de peu de moyens d’illustrer ces revues, les femmes aisées avaient recours, pour choisir leurs vêtements à des poupées qu’elles s’amusaient à habiller et à échanger à l’envi.

Un peu d’histoire
Dès 1858, les créateurs de haute couture prennent l’habitude de venir présenter leurs collections à une clientèle triée sur le volet dans les grands salons parisiens. Le franco-britannique Charles Frederick Worth — souvent considéré comme le père de la haute couture — est le premier à employer des mannequins vivants pour présenter ses pièces. Avec l’arrivée du 20ème siècle et les débuts de la mondialisation, ces présentations sont de plus en plus léchées et mises en scène. Musique, décors, multiplication des pièces, les présentations deviennent peu à peu des évènements à part entière.
Avec la Deuxième Guerre Mondiale, l’Europe prend un peu de distance avec la mode. C’est à New-York que se tient, à partir de 1943, la première Press Week organisée pour présenter la mode américaine à la presse. Après la guerre, l’évènement est transferé en Europe; et notamment en Italie où les présentations de mode rencontrent un succès phénoménal.

Made in France ?
La première Fashion Week telle que celles nous les connaissons aujourd’hui a eu lieu en France en 1973. Les États-Unis et la France se disputent quelque peu la paternité du projet, et est alors organisé un concours entre les plus prestigieuses maisons de Haute Couture des deux pays. La deuxième Fashion Week officielle naît à Milan deux ans plus tard. Puis viendra la Fashion Week de Londres en 1984 et New-York en 1993.

Fashion Weeks autour du monde
Aujourd’hui, on compte plus de 140 Fashion Weeks dans le monde entier. Il est toujours d’usage d’organiser deux Fashion Weeks par an, une pour la collection printemps/été, et une pour la collection automne/hiver. Mais avec l’avènement de la grande distribution textile et du numérique, les évènements périphériques se multiplient. En 2009, le créateur Alexander McQueen est le premier à retransmettre ses défilés en direct sur son site internet. Aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, cette pratique s’est vulgarisée rendant ainsi accessibleS les looks des plus grands créateurs tout en offrant visibilité et droit de citer à des créateurs plus anonymes.

Fashion Bee

Exposition Christian Dior

Exposition Christian Dior

Quoi que vous fassiez, faites-le avec passion, vivez avec passion  » Christian Dior

Lorsque les visiteurs parcourent la rétrospective Dior du Musée des Arts Décoratifs, l’ambiance est chargée d’énergie et d’étincelles. Dans les moindres détails, à travers une scénogra­phie raffinée de Nathalie Crinière, retrouvez l’effervescence des défilés, admirez la force créative et le raffinement ultime Dior.

Du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018, plus de 400 robes s’animeront sous vos yeux, un festival de couleurs, des étoffes rares et déli­cates conférant à chaque pièce, l’exception, la quintessence de l’élégance et du rêve.

Un parcours hors du temps, en plein coeur de Paris, l’histoire re­tracée d’un homme romanesque qui a su anticiper le désir et ré­volutionner le vestiaire féminin. Taille marquée, poitrine haute et ronde, épaules droites, jambes couvertes à 40 cm du sol, revivez l’un des temps forts de l’histoire de la mode, le mouve­ment New Look. Véritable souffle de séduction, la maison Dior a su bouleverser, et ce dès 1946, les codes de la mode et créer sa signature, empreinte indélébile dans le temps. Amoureux de la mode, esthètes et rêveurs en tous genres, ce rendez-vous est pour vous. Pour optimiser votre temps, prévoyez vos places en ligne. Que le rêve s’opère, Dior, j’adore !


Exposition « Christian Dior, Couturier du rêve », du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018 au Musée des Arts Décoratifs : 107, rue de Rivoli, 75001 Paris (www.lesartsdecoratifs.fr) – +33 (0)1.44.55.57.50.


Par Sabrina FOUINAT

Black Boy Place

Black Boy Place

Prisé par les plus grandes stars du moment, cette marque française de streetwear provoque fascination et engouement dans le milieu artistique et celui de la mode.
Flashback sur le parcours de son talentueux et audacieux créateur, Mister Soul.