Loading

Archive

La fashion week sous toutes les coutures

La fashion week sous toutes les coutures

Les Fashions Weeks se suivent et ne se ressemblent pas. Paris, Londres, New-York, Milan, été, automne, hiver… Quelle est l’origine de cet événement glamour qui rassemble un public aussi hétérogène que stylé ?

La mode
L’habitude pour les grandes maisons de couture de présenter leurs collections n’est pas récente. La mode vestimentaire fait partie de nos sociétés depuis l’antiquité. C’est à ce moment-là que le vêtement cesse d’être uniquement utilitaire et devient un mode d’expression en soi. Mais il faut attendre le 18ème siècle pour qu’apparaissent en Europe les premiers magazines de mode. Disposant de peu de moyens d’illustrer ces revues, les femmes aisées avaient recours, pour choisir leurs vêtements à des poupées qu’elles s’amusaient à habiller et à échanger à l’envi.

Un peu d’histoire
Dès 1858, les créateurs de haute couture prennent l’habitude de venir présenter leurs collections à une clientèle triée sur le volet dans les grands salons parisiens. Le franco-britannique Charles Frederick Worth — souvent considéré comme le père de la haute couture — est le premier à employer des mannequins vivants pour présenter ses pièces. Avec l’arrivée du 20ème siècle et les débuts de la mondialisation, ces présentations sont de plus en plus léchées et mises en scène. Musique, décors, multiplication des pièces, les présentations deviennent peu à peu des évènements à part entière.
Avec la Deuxième Guerre Mondiale, l’Europe prend un peu de distance avec la mode. C’est à New-York que se tient, à partir de 1943, la première Press Week organisée pour présenter la mode américaine à la presse. Après la guerre, l’évènement est transferé en Europe; et notamment en Italie où les présentations de mode rencontrent un succès phénoménal.

Made in France ?
La première Fashion Week telle que celles nous les connaissons aujourd’hui a eu lieu en France en 1973. Les États-Unis et la France se disputent quelque peu la paternité du projet, et est alors organisé un concours entre les plus prestigieuses maisons de Haute Couture des deux pays. La deuxième Fashion Week officielle naît à Milan deux ans plus tard. Puis viendra la Fashion Week de Londres en 1984 et New-York en 1993.

Fashion Weeks autour du monde
Aujourd’hui, on compte plus de 140 Fashion Weeks dans le monde entier. Il est toujours d’usage d’organiser deux Fashion Weeks par an, une pour la collection printemps/été, et une pour la collection automne/hiver. Mais avec l’avènement de la grande distribution textile et du numérique, les évènements périphériques se multiplient. En 2009, le créateur Alexander McQueen est le premier à retransmettre ses défilés en direct sur son site internet. Aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, cette pratique s’est vulgarisée rendant ainsi accessibleS les looks des plus grands créateurs tout en offrant visibilité et droit de citer à des créateurs plus anonymes.

Fashion Bee

Stéphanie DURANT

Stéphanie DURANT

Mon blog est un peu mon journal intime où je me livre sur les relations de couples, le rapport à mon corps, mes voyages, mes coups de cœur…

Nous l’avons connue par le biais de la télé-réalité. Stéphanie Durant est aujourd’hui une grande influenceuse mode et beauté. La fashionista nous reçoit à Londres où elle réside désormais. Retour sur un parcours hors norme…

Stéphanie, on vous connaît grâce à la télé-réalité, mais aujourd’hui vous vous lancez dans une nouvelle aventure. Pouvez-vous nous raconter un peu votre parcours et votre choix de réorientation ?
J’ai commencé la télé à 21 ans. J’ai vécu de belles expériences, de belles choses. Après j’ai rencontré mon chéri, Théo, et j’ai maintenant une nouvelle vision de la vie. Je suis allée m’installer à Londres. Aujourd’hui j’ai 26 ans et j’ai envie de construire autre chose. Le monde du blog m’a toujours beaucoup inté-
ressée. Et je me suis dit : allez lance-toi, fais ton blog, tu verras bien si ça marche ou pas. Et si je suis là, c’est que ça marche ! Donc je suis plutôt contente. J’avais besoin de trouver ma voie et j’aime écrire. Mon blog est un peu mon journal intime où je me livre sur les relations de couples, le rapport à mon corps, mes voyages, mes coups de cœur…

Pouvez-vous nous dire à quoi ressemble le quotidien d’une influenceuse ?
Quand on va dans un lieu, il faut penser à faire une belle photo, attendre avant de manger pour faire une belle photo du plat… Au début c’est compliqué pour les personnes autour. Mon copain, au début, ne comprenait pas trop et aujourd’hui il est un peu devenu influenceur aussi - il veut un bel Instagram, de belles photos… On se complète, par rapport à ça ! Je fais aussi beaucoup de shopping. Mais à côté de ça, j’ai une vie plutôt tranquille. Je vais à des évènements, je fais de belles rencontres, je vis de belles expériences et j’espère en vivre encore. Pour moi, c’est le meilleur métier du monde. J’ai la liberté de travailler de chez moi, de voyager quand je peux et quand je veux.

Que pensez-vous du mouvement actuel de libération de la parole des femmes ?
Je trouve que c’est une bonne chose. J’ai été éduquée selon le principe que la femme est l’égale de l’homme. Ma mère m’a toujours dit : ce n’est pas à toi de tout faire à la maison, par exemple. Petit à petit, les femmes s’affirment, et maintenant on est considérées au même statut et ça me fait plaisir. Et j’encourage les femmes à se libérer. Je pense que les femmes et les hommes doivent être égaux, c’est en train d’arriver, et c’est bien ! La femme a sa place dans la société et ne doit pas rester l’ombre d’un homme.

Vous êtes un modèle pour beaucoup de jeunes filles. Avez-vous un mot pour elles ?
La première chose, c’est de s’aimer soi-même. J’ai toujours été très complexée dans ma vie et petit à petit j’arrive à m’accepter comme je suis. Je voulais avoir l’image de la femme parfaite qu’on voit partout, et en fait aujourd’hui je voudrais que les gens se reconnaissent en moi. On a tous des défauts, des complexes… Et je veux faire comprendre aux filles et aux femmes qui me suivent - parce qu’il y a aussi des mamans qui me suivent, et ça me fait très plaisir - de s’accepter comme elles sont car c’est important. Cela, je l’ai appris tard, il y a peut-être un an. Il faut s’aimer avant de pouvoir aimer quelqu’un d’autre ou se lancer dans quoi que ce soit et oser faire les choses.
Si vous avez un rêve, faites-le. J’ai attendu presque un an avant de lancer mon blog parce que je me disais : mais qu’est-ce que je vais raconter, ça on s’en fout… Je trouvais toujours une excuse. Je n’avais pas confiance en moi, je pensais ne rien pouvoir apporter aux gens. Puis j’ai compris que j’avais cette image de la bonne copine, et c’est une image que je veux garder parce que c’est mon image. Je veux être accessible.

Quels sont vos projets du moment ?
J’ai beaucoup de projets de partenariats, de collections capsules avec des marques de bijoux, de vêtements… Je veux devenir Stéphanie la bloggeuse. C’est un travail un peu long, mais je prendrai le temps.
Et mes autres projets, c’est des voyages. C’est ma passion première. À la base, je voulais être hôtesse de l’air parce que j’ai toujours voulu voyager et que je n’ai pas pu étant jeune. Finalement, je fais un métier encore mieux et qui me permet de voyager beaucoup. Mon chéri aime aussi beaucoup voyager. Dès qu’on a deux-trois jours on essaie de partir…

Comment vous sentez-vous à Londres ?
Je suis venue à Londres par amour pour Théo et pour la ville. J’ai toujours aimé cette ville et son état d’esprit. Je n’ai pas le mal du pays. Bien sûr, je suis très libre dans mon travail alors je peux rentrer un peu quand je veux, quand ma mère me manque… Mes amis et ma famille viennent me voir. Je n’ai pas ce manque de Marseille et de la France. Et je reviendrai le jour où je voudrai des enfants, ce qui n’est pas encore le cas. Pour le moment, on reste à Londres.

Par Stéphanie Guittonneau

Constance BENQUE

Constance BENQUE

PDG DU MAGAZINE ELLE

 

Comment évolue la marque Elle dans le temps et que devient-elle aujourd’hui ?
Elle a été créée en 1945, par Hélène Lazareff, une femme pleine de convictions. Je retiens d’elle cette phrase, qui régit toujours notre travail : « Le sérieux dans la frivolité, et l’ironie dans le grave. » Des choses légères et des sujets de fond : ce paradoxe est notre ADN. Le Elle accompagne les femmes depuis 72 ans dans leurs combats. Le magazine Elle organise les « premiers états généraux de la femme » en 1970 pour porter les revendications françaises. Les femmes à l’époque sont loin d’être maîtresses de leur corps en termes de procréation. Dans bien des cas, elles sont assignées aux tâches ménagères et à la garde des enfants et celles qui travaillent ont du mal à s’organiser.Les journalistes des magazines sillonnent les régions de France pour examiner la condition des femmes, cerner leurs préoccupations, leurs inquiétudes et enregistrer leurs revendications. Le carnet de chèques, la pilule, l’avortement, aussi les violences faites aux femmes. Nous avons consacré un numéro exceptionnel en novembre dernier où des femmes ont témoigné à visage découvert. Les combats des années 90 et 2000, la laïcité, le voile autant de sujets à la fois universels et intimes que nous avons analysés et sur lesquels nous avons développé et donné notre point de vue. À côté de cela, nous parlons aussi de mode, de beauté et de tendances. Elle ne s’attache pas seulement à ce qu’on voit dans les défilés, mais se pose toujours la question de la femme qui porte ce vêtement et comment elle va se l’approprier. Notre ambition : aider chaque femme à trouver son style et mettre la mode à la portée de tous. Pas de total look, on mixe, on mélange, on décale, on met un jeans avec une veste couture, du wax sous un manteau en cachemire, un pyjama en soie avec des stilettos … chacune a le droit de choisir son look, d’être unique. Elle aide les femmes à trouver les clés de leur propre style.

Quelles sont les valeurs véhiculées par Elle ?
Elle est un magazine de lien entre les femmes et entre les générations. Notre spécificité est d’être lue par des femmes de 20 à 80 ans. Ce lien générationnel repose sur 5 valeurs :
- La pétillance : l’humour dans le style d’écriture et le choix iconographique
- La sagacité : c’est cette finesse d’esprit qui essaie de capter l’air du temps et de vous donner une écriture intelligente, une vision différente de l’actualité, qui serait celle des femmes
- La bienveillance : rien de tout cela n’est possible sans bienveillance. Il s’agit d’avoir un regard doux et bon sur les choses. Elle a le statut de bonne copine, qui donne des conseils.
- L’humanisme : aider la position des femmes dans leurs grands combats mais aussi au quotidien, dans leur vie personnelle et professionnelle
- La sororité : un mot compliqué qui traduit l’idée de tribu, l’esprit d’équipes, de sœurs. Ce sentiment d’appartenance à une forme de solidarité féminine.

Pouvez-vous nous raconter en quoi consiste votre poste de manager chez Elle International ?
Diriger une marque comme le Elle est une tâche formidable et passionnante. C’est aussi une vraie responsabilité. J’ai la charge de 4 magazines : Elle, Elle Déco, Elle à table, Art &Décoration. C’est-à-dire l’éditorial, bien sûr, mais aussi le digital, l’international — le magazine est présent dans 46 pays du monde , la diversification et les événements (Elle Active, Elle Zen, Elle Run).

Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme qui souhaiterait marcher dans vos pas ?
Ce que je dirais aux jeunes femmes sur le marché du travail aujourd’hui c’est : osez ! Il faut oser demander. Très souvent quand on ouvre un poste, les femmes se disent : Est-ce que j’ai les bonnes compétences ? Est-ce que mon CV est bon ? Alors que les hommes postulent sans se poser toutes ces questions. Il faut qu’elles n’hésitent pas à faire leur autopromotion : savoir demander une augmentation, savoir créer leurs réseaux. J’ai eu la chance, compte tenu de mon éducation, de ne jamais avoir eu peur de demander. Nous revenons toujours à l’éducation…

Comment arrivez-vous à combiner votre vie de femme dirigeante d’une grande société et votre vie de mère ?
Aujourd’hui mes filles sont grandes, elles ont 25 et 27 ans. D’abord, il faut parler de l’importance des hommes. Toutes les grandes victoires remportées par les femmes n’auraient jamais pu arriver sans eux. Il faut inclure les hommes dans nos débats, dans nos combats… De mon côté, j’ai eu la chance d’avoir à mes côtés, quand mes filles étaient petites, un homme qui avait le sens de l’égalité et qui m’a toujours épaulée. Aujourd’hui, encore 80% des tâches ménagères sont assurées par les femmes dans les couples. Il y a des combats inclusifs à mener. La recette, c’est donc d’équilibrer et avoir un compagnon qui partage vos idées et que vous aidez en retour.

Par Stéphanie GUITTONNEAU